Agriculture


Le livre vert des écologistes sur l’agriculture : pour un nouveau pacte entre agriculture et société !

Publié le 14 février 2013

Ce 14 février, un colloque est organisé par EELV à l’invitation de Danielle Auroi, députée du Puy-de-Dôme, et de Brigitte Allain, députée de la Dordogne, avec la participation d’élus régionaux et d’autres parlementaires, pour présenter le livre vert des écologistes sur l’agriculture (Livre_Vert_de_lagriculture), en vue d’influencer les négociations en cours sur la PAC et la future loi d’Avenir sur l’agriculture.

Nous, écologistes, proposons un chemin à suivre pour permettre à l’agriculture de sortir de l’impasse, de gagner en durabilité, pour maintenir et restaurer l’emploi agricole, la fierté d’être paysan, le lien à des territoires vivants, des systèmes agricoles conçus avec leur environnement et non pas en dépit de contraintes environnementales. Loin de vouloir régir la question agricole de manière « punitive » comme aiment à le clamer les représentants encore majoritaires de l’agriculture, il s’agit au contraire de réconcilier agriculture et société, en ces temps de circuits agro-alimentaires douteux, de pesticides mettant en péril les abeilles, de PAC enrichissant les plus riches et contribuant à dégrader l’environnement. Il s’agit de permettre le nécessaire virage de l’agriculture face à la crise écologique, économique et au changement climatique.

Oui à une agriculture correspondant aux aspirations de la société, respectant la souveraineté alimentaire, et créatrice d’emplois !
Livre_Vert_de_lagriculture.pdf


Les sols, grands oubliés de l'environnement
3 janvier 2013

Les sols subissent la pression des activités anthropiques : d'une part, la production croissante de denrées alimentaires, et d'autre part les pollutions, l'exploitation de ressources, l'urbanisation, les changements climatiques, la déforestation, ... Par conséquent, les sols fertiles sont de plus en plus rares.
La perte annuelle globale de sol par érosion éolienne ou hydraulique est de 24 milliards de tonnes, soit plus de 3 tonnes par être humain, alors que le processus naturel de fabrication du sol nécessite 100 à 500 ans pour seulement 1 kilogramme, ce qui en fait une ressource non renouvelable (83% des sols africains exploités sont dégradés).
>>>> article notre-planete.info ...

 


Les raisons de l'addiction française aux pesticides
LE MONDE | 27.10.2012

Au troisième rang mondial derrière les Etats-Unis et le Japon, la France est une championne de la consommation de produits phytosanitaires en tous genres, herbicides en tête. Avec les Pays-Bas et la Belgique, elle forme le trio des pays européens les plus gourmands en pesticides rapporté à l'hectare cultivé.
article site Le Monde


L'agriculture, à l'origine des deux tiers de la pollution de l'eau potable en France
[20 mars 2012]

Enquête de l'UFC (Union fédérale des consommateurs)-Que Choisir sur la qualité de l'eau potable en France, présentée mardi 20 mars, basée sur les résultats d'analyses publiés par le ministère de la santé. Six critères retenus : la qualité bactériologique, la teneur en aluminium (les sels d'aluminium sont utilisés pour rendre l'eau plus limpide), la radioactivité (d'origine naturelle), la présence de résidus de pesticides, le taux de nitrates, et la teneur en sélénium.

L'étude confirme que l'agriculture est bien aujourd'hui la principale responsable de la pollution des eaux : 69% des cas relevés lui sont attribuables, 27% revenant à des défauts de traitement de l'eau et 4% à la radioactivité naturelle. René Lalement, de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), avoue ne pas être surpris : "Le problème vient de la récurrence de facteurs qui n'ont pas été traités depuis des années."

A eux seuls, les pesticides - et en particulier l'atrazine (désormais interdit mais qui persiste longtemps dans l'environnement) - sont responsables de 60% des cas de pollution d'origine agricole. Près de 700 000 personnes sont concernées, essentiellement dans le Bassin parisien, le Nord, la vallée du Rhône et le Sud-Ouest.

>>>> article du Monde


Exploitations agricoles
En 2010, la France a environ 320 000 exploitations professionnelles1. Leur nombre ne cesse de se réduire, mais la surface moyenne augmente. Si l'exploitation individuelle reste le modèle dominant, les sociétés agricoles se développent, particulièrement auprès des jeunes générations. Les céréaliers sont les plus nombreux, devant les éleveurs laitiers et de bovins à viande.
Chaque semaine, 200 exploitations professionnelles disparaissent.
Il restait encore plus de deux millions de fermes en 1955, On compte aujourd'hui 500 000 exploitations dont 320 000 exploitations professionnelles [au minimum 12 ha en équivalent blé et utiliser au minimum l'équivalent d'une personne employée à trois quarts de temps.].
La surface moyenne des exploitations professionnelles augmente régulièrement : elle est passée de 42 ha en 1988 à 66 ha au début des années 2000 pour s'établir aujourd'hui à 78 ha. [fermes céréalières: 116 ha].
L'exploitation individuelle disparait au profit des sociétés agricoles, EARL et GAEC (40% des exploitations professionnelles aujourd'hui pour 10% en 1988)
cf. article du Monde du 13/09/2011)

notes:
1- exploitation professionnelle: au minimum 12 ha en équivalent blé et au minimum l'équivalent d'une personne employée à trois quarts de temps


© 2011 Michel COLETTA Contactez-nous